fr
Les balles sont enrubannées directement dans le champ après le pressage.

Ce qui est bien enrubanné est déjà à moitié ensilé !

 

Un enrubannage correct est un grand facteur de qualité pour l’ensilage des balles. Outre le compactage élevé du fourrage, la matière appropriée et la qualité du filet ou du liage film et du film d’enrubannage contribuent également à un résultat d’ensilage optimal.

 

Filet et liage film

Après le pressage, la balle compactée est enrubannée dans un filet ou un liage film.
La largeur totale de la balle doit ainsi être recouverte. Le filet sert principalement à maintenir la balle en forme jusqu'à l’enrubannage. L'important étant que celui-ci résiste à la déchirure et au percement. Le filet doit en outre avoir une bonne structure afin que les couches de filet s’accrochent bien entre elles et qu’elles puissent maintenir ainsi la balle de manière stable.

Les balles liées avec du film sont beaucoup plus compactes et stables. Nous avons déjà présenté les avantages de ce liage film dans un de nos précédents articles.
Voir : Film pour remplacer le filet : L'avenir pour les balles rondes ? >>

Film d’enrubannage

La mission principale du filet est de garantir une exclusion d’air optimale et de permettre ainsi une bonne fermentation. Le film doit ainsi protéger les balles d'ensilage contre les influences extérieures, comme les différentes conditions météorologiques, mais également les animaux ou les dommages mécaniques.
Pour les films étirables, il existe une multitude de fabricants et qualités et ces derniers sont généralement composés de polyéthylène d’env. 25 µm d’épaisseur dans lequel un adhésif est appliqué. Pour libérer cet adhésif, il faut un pré-étirage du film de 50-70 %. Pour que le film ne glisse pas, un chevauchement d’env. 50 % doit être observé.

Le marché des films offre un vaste choix de couleurs, car même la couleur doit être mûrement réfléchie. Dans de nombreuses régions, les autorités ont déjà défini les couleurs qui s’intégraient dans le paysage et qui devaient ainsi être utilisées. Nous recommandons de choisir des films clairs car ils reflètent mieux la lumière du soleil et empêchent un échauffement trop important du fourrage.
Les variations de température trop élevées peuvent entraîner de la condensation, la teneur en masse sèche diminue alors et ceci altère la qualité du fourrage.
Vous devez également veiller à la résistance aux UV du film car la lumière UV du soleil attaque le plastique et le rend friable et perméable à l’oxygène.

Nombre de couches de filet et de film

La qualité du filet ou du film joue un grand rôle dans le nombre de couches de film utilisées. Les différents types de plantes exercent beaucoup de pression sur le filet et le film et ont également une influence sur le nombre de couches.

Nous recommandons généralement pour l’ensilage d’herbe de choisir environ 2,5 – 4 couches de filet. Cela dépend si vous utilisez une presse à balles rondes ou une combinée presse-enrubanneuse.
La paille ou les matières à grosses tiges comme par ex. le maïs exercent plus de pression sur le filet, c’est pourquoi nous recommandons au minimum 4 - 5  couches de filet.
Pour le film d’enrubannage, la règle est de 6 couches. Pour un produit tendre, ensilé avec une teneur en masse sèche élevée, par ex. le haylage , il faut opter pour 8 couches.

Il faut prévoir deux couches de film supplémentaires lorsque la balle est déplacée et transportée plus souvent.
Pour un résultat optimal, il est important d’observer en premier lieu les instructions du fabricant de film.

Vous avez d’autres questions ?
Un interlocuteur se tient à votre disposition sur ce sujet : Contacter maintenant >>

 

FacebookYoutubeInstagram Contacter maintenant